Le sentier oublié du muséum de Toulouse à Borderouge

jardin oublié

C’est un « trou de verdure », aurait dit le poète. Rimbaldien de nature, l’étroit sentier qui serpente entre les les fourrés d’arbres, les ronces et les hautes herbes conduit à un petit étang pratiquement asséché en cet fin d’été. La promenade se veut toutefois plus pédagogique que bucolique. « On a sorti plusieurs bidons de cette ancienne gravière qui servait de décharge », raconte Olivier Puertas, responsable des Jardins du Muséum.

Le site a été aménagé en même temps que l’urbanisation du quartier de Borderouge sur les anciennes terres maraîchères du nord de la ville. Il accueille environ 30.000 visiteurs par an, mais seuls quelques petits groupes d’une dizaine de personnes sont autorisés à pénétrer sur les 3ha de cet ancien jardin où la nature retrouve progressivement ses droits. Une escouade de 7 médiateurs se relaie pour accompagner les visites dans un milieu qui peut paraître à première vue banal, voire franchement hostile à un public citadin.

« On a recensé ici jusqu’à 110 espèces d’oiseaux, soit deux fois plus qu’en ville ou dans les campagnes » assure pourtant Olivier Puertas depuis le sommet d’une tour de guet en bois. Cet observatoire surélevé offre un point de vue privilégié sur la roselière, une  « oasis » connue d’une poignée de naturalistes qui ont convaincu la ville et les promoteurs qu’elle méritait d’être conservée quand les immeubles ont commencé à pousser à Borderouge. Toute la pluie recueillie par les toitures des nouvelles constructions est même dirigée vers la roselière pour l’alimenter en eau. En vain. « Il ne pleut pas assez », explique Olivier Puertas.

Le directeur des Jardins du Muséum sait que la roselière, qui s’étend actuellement sur 1 hectare, est condamnée à terme  : des arbres commencent à pousser au milieu des « phragmites », nom savant de ces roseaux que certains visiteurs ignares en botanique confondent avec du maïs. Conformément à la philosophie du lieu, Olivier Puertas s’est résolu à ne pas entreprendre de lourds travaux pour sortir la vase qui permettra aux arbres de supplanter les roseaux « dans 50 ou 100 ans ». En attendant, il observe avec plaisir le retour de quelques hérons qui avaient fuit quand les engins de chantier construisaient le nouveau Borderouge. Un écureuil virevolte d’une branche à l’autre. « Ils sont arrivés depuis trois ans », note-t-il. Une espèce rare de crapaud s’est aussi installée sur place. Les nouveaux locataires de la roselière et ses abords sont la preuve que le site n’est pas une simple « oasis » déconnectée de son milieu. Olivier Puertas insiste sur l’importance des « corridors » pour relier entre elles ces zones que les naturalistes tentent de protéger. La nouvelle piste cyclable qui passe à proximité peut ainsi servir aux hérissons à traverser sans risquer de se faire écraser.

Alors que des riverains se plaignent parfois du concert nocturne des grenouilles à la saison des amours, la « réserve naturelle » de poche du Muséum à Borderouge a même eu la surprise d’entendre le chant d’une « grenouille taureau ». Cette espèce importée de Floride peut dépasser le kilo. Dans son milieu d’origine, elle n’hésite pas s’attaquer à des bébés alligators pour satisfaire son insatiable appétit. Des gardes de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) sont aussitôt venus camper dans le sentier oublié de Borderouge pour détruire cette espèce, classée « invasive », à coup de fusil.

Au delà de cette alerte, la présence des moustiques semble être l’une des principales préoccupations des habitants du quartier à l’égard de cette mini « forêt vierge » maintenue à leurs portes. « On en a bien sûr, mais on a aussi tout ce qu’il faut pour réguler leur population » répond le maître des lieux, qui sait pouvoir compter sur les batraciens et les chauves-souris pour juguler la prolifération des insectes qui piquent. C’est aussi efficace et infiniment plus économique que de pulvériser un traitement chimique, banni des Jardins du Muséum depuis leur ouverture en 2008. « Notre principal enjeu, c’est l’acceptation du cycle du vivant », résume Olivier Puertas. Il aura encore beaucoup de travail pour rendre les moustiques sympathiques, mais les jardiniers eux-mêmes qui aiment les potagers « au carré » verront cette « friche » autrement en sortant du sentier oublié.

 

reportage pour un supplément du Point consacré à Toulouse

La 3ème ligne de métro lance la campagne des municipales à Toulouse

couv TAE

La préfecture de Haute-Garonne a (enfin) mis en ligne l’avis de la commission d’enquête sur le projet de troisième ligne de métro de Toulouse, ainsi que son appendice vers l’aéroport de Blagnac et la prolongation de la ligne B au-delà de son terminus actuel à Ramonville pour franchir l’autoroute et se rapprocher du quartier d’affaires du Sicoval, l’équivalent horizontal de La Défense pour l’agglomération. Le président de la commission d’enquête a officiellement mis un point final à la volumineuse synthèse (258 pages) des nombreuses observations (1.882) receuillies pendant l’enquête dès le 26 juillet et rédigé ses conclusions (45 pages) le 19 septembre dans sa lointaine commune aveyronnaise aux portes de Rodez. Mais le préfet, Etienne Guyot, a involontairement nourri un début de polémique en différant la publication de ces documents très attendus, le temps que le tribunal administratif en fasse une lecture juridique approfondie. Les « complotistes » qui imaginaient déjà une « censure » de la commission d’enquête pour atténuer d’éventuelles critiques trop acérées en seront pour leur frais. Le document final accorde un large satisfecit au projet baptisé Toulouse Aerospace Express (TAE) et ses annexes, se contentant de deux « réserves » qui apparaissent minimes eu égard à l’ampleur d’un chantier de plus de 20 kilomètres entre Labège et Colomiers.

Jean-Luc Moudenc (LR), qui a reconquis le Capitole en 2014 grâce à ce projet inattendu face aux projets de tramways de Pierre Cohen, maire socialiste de l’époque, s’est aussitôt réjoui de ce feu vert sans (presque) aucun clignotant d’alerte. Il compte transformer le prochain scrutin municipal de mars 2020 en référendum pour ou contre son métro.  » La troisième ligne de métro ne verra pas le jour si jamais mes opposants remportent les élections « , prévient-il dans une interview. Le maire sortant cible particulièrement la liste Archipel Citoyen, qui regroupe des écologistes d’EELV, des Insoumis et des dissidents du PS et qui  » a le vent en poupe « , selon lui. Les adversaires préférés de M Moudenc, qui évitent soigneusement les « sujets qui fâchent » en privilégiant une méthode originale pour désigner ses candidat(e)s par tirages au sort et « plébiscites », semblent en réalité ne pas être pressés de trancher la question. Seul Jean-Charles Valadier (EELV) s’est exprimé publiquement contre le métro au nom des Amis de la Terre. Cet ancien adjoint de Pierre Cohen préfère investir dans un réseau de RER. Mais le collectif associatif qui porte ce projet de trains périurbains « en étoile » autour de la capitale régionale souligne qu’il n’est pas une « alternative » au métro, préférant le présenter comme « complémentaire » au projet TAE et ses annexes.

Le tandem choisi par le parti socialiste pour mener la bataille contre Jean-Luc Moudenc a réagit en ordre dispersé à la publication des conclusions de la commission d’enquête. Le sénateur Claude Raynal, président du groupe des élus socialistes de Toulouse Métropole, est déçu que les commissaires ne l’aient pas suivi dans sa démonstration sur les risques financiers du projet, évalué à 2,7 milliards d’euros. Sans remettre en cause le métro sur le fond, l’ancien maire de Tournefeuille entendait attirer l’attention sur la capacité financière de la métropole et de Tisséo, le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération, à rembourser les emprunts sans augmenter les impôts.  » Nous prenons acte de cet avis qui permet au projet de 3eme ligne de ne pas prendre plus de retard sans, pour autant, répondre aux incertitudes qui, elles, demeurent « , conclue Claude Raynal.

Plus offensive dans le ton employé, Nadia Pellefigue préfère s’appuyer sur les réserves et les recommandations relevés dans le rapport de la commission d’enquête pour critiquer le projet du maire sortant. La jeune conseillère régionale, qui a réaffirmé qu’elle serait bien tête de liste face à Jean-Luc Moudenc dans une longue interview au quotidien régional, compte bien relayer les inquiétudes exprimées tout au long du tracé par des associations de quartier contre l’abattage des arbres ou le nombre de places de parking, pour mener campagne. La troisième ligne de métro est « une solution qui n’en est pas une », estime Mme Pellefigue en soulignant à l’envie la pollution de l’air et les bouchons qui seront toujours le quotidien d’ici 2025, date annoncée de la livraison de TAE. La candidate présentera ses propres solutions pour un « plan d’urgence » le 17 octobre prochain dans un lieu symbolique : le Vélo Sentimental, emblême des « mobilités douces » situé face à la gare Matabiau et ses transports « lourds » par train financés par la région.