Toulouse : une deuxième liste au centre, une troisième à gauche (et un sapin)

La campagne des municipales s’emballe dans la ville rose. A une semaine de Noël, les Toulousains ont découvert deux nouveaux prétendants au pied du grand sapin focalisant l’attention sur les nouvelles « ramblas jardin » des allées Jean Jaurès. Coup sur coup, un adjoint au maire qui se réclame du parti d’Emmanuel Macron et l’ancien maire socialiste qui a rejoint Benoît Hamon se sont lancés à quelques minutes d’intervalle dans la course au Capitole. Il souffle comme un vent de folie sur cette élection presque trop sage, qui avait vu le maire sortant, Jean-Luc Moudenc (LR), affronter trois adversaires convenus (l’extrême-droite et deux listes de gauche) la semaine dernière lors d’unpremier débat organisé par France Bleu Occitanie à l’occasion de l’inauguration, finalement reportée à cause des intempéries, des fameuses « ramblas » à la mode toulousaine.

sapin pompiers
Constitué par l’assemblage de 385 sapins cultivés dans le Morvan, l’abre de Noël géant focalise l’attention sur les nouvelles « ramblas jardin » des allées Jean Jaurès

L’irruption de Pierre Cohen dans le débat n’est pas une surprise, même si ses motivations paraissent déroutantes. Battu de 6000 voix en 2014, l’ancien maire socialiste qui jure ne pas vouloir prendre de revanche personnelle face à Jean-Luc Moudenc se faisait jusqu’à,présent le chantre de l’union de toutes les gauches, affirmant qu’il ne serait pas possible de regagner la mairie sans accord de tous les partis dès le premier tour. Le champion solitaire d’une liste « unitaire » a finalement décidé d’aggraver la confusion ambiante dans son camp en ajoutant une troisième liste entre l’union de la gauche à l’ancienne menée par le PS avec le PC et le PRG, et la « nouvelle gauche » des écologistes alliés à la France Insoumise dans une liste « citoyenne ».

Cohen Florida
Pierre Cohen (à droite) a présenté sa liste au Florida, face au Capitole, aux cotés d’Ahmed Dahrour (au centre), qui préparait une liste des quartiers

« Je suis le seul capable de réunir les deux dynamiques et faire gagner la gauche » réaffirme Pierre Cohen. Il se base sur un sondage payé par Génération-s, qui le crédite d’une meilleure notoriété que Nadia Pellefigue, la jeune conseillère régionale choisie par le PS, et Antoine Maurice, conseiller municipal EELV élu aux forceps à la tête de la liste Archipel Citoyen. Boudé par toutes les autres formations politiques, le représentant local du micro-parti de Benoît Hamon a choisi de livrer à 69 ans son dernier combat avec des candidats des quartiers périphériques qui voulaient constituer leur propre liste. En 2014, une liste « des quartiers » soutenue par le NPA avait obtenu 1,67% des voix. « Vous ne nous ferez pas l’affront de nous demander si on dépassera la barre des 5% », s’exclame Pierre Cohen.

Si Jean-Luc Moudenc ne peut que se féliciter de l’éparpillement de la gauche, le maire sortant réputé « Macron compatible » voit ses efforts de rassembler la droite et le centre contestés par le Modem. Le parti de François Bayrou a donné son feu vert à la création d’une liste concurrente. Elle sera menée par Franck Biasotto, adjoint au logement et maire des quartiers du grand Mirail. Nouveau venu en politique, cet agent immobilier de 50 ans a rejoint les rangs de La République en Marche (LREM) en 2016. Problème : le parti présidentiel soutient officiellement Moudenc, qui a intégré 8 de ses membres (dont 5 en position éligible) sur sa liste. Biasotto, qui avait créé un petit groupe d’élus macronistes au Capitole contre l’avis du maire, se présente donc en dissident, un peu à la manière de Cédric Villani à Paris.

Biasotto Lagleize
Franck Biasotto (au centre) conduira la liste soutenue par le Modem de Jean-Luc Lagleize (à droite) et Marthe Marty (à gauche) mais ne sera postulera pas à la présidence de la Métropole, réservé à un candidat « mystère »

« Moudenc n’est plus au centre, il s’est droitisé » regrette son ancien adjoint en pointant les 19 places réservées au parti du maire sortant « sans compter les LR déguisés ». Le véritable instigateur de cette liste concurrente est Jean-Luc Lagleize, qui a du abandonner son poste d’adjoint au maire de Toulouse depuis qu’il a été élu député du Modem. Le parti centriste, qui avait lancé des négociations avec LREM pour constituer une liste autonome, s’est fait doubler sur sa gauche par l’accord signé par Moudenc avec Jean-François Portarrieu, autre député macroniste et ancien directeur adjoint du cabinet de Pierre Cohen. « C’est un accord électoral, pas un accord politique », fulmine Biasotto.

Le maire sortant, qui a accéléré le tempo en présentant sa liste dès la semaine dernière, a prévenu qu’il ne passerait aucun accord entre les deux tours. Jean-Luc Moudenc garde un mauvais souvenir de l’élection municipale de 2008, quand il avait fusionné sa liste avec celle du Modem de Jean-Luc Lagleize pour finalement perdre le Capitole pour 1200 voix au bénéfice de Pierre Cohen. Les opposants centristes à Moudenc n’auront donc pas d’autre issue que de tenter de s’allier avec le PS, dans l’hypothèse où ils arriveront à passer la barre fatidique des 10%. « Notre objectif est d’être présent au 2ème tour » confirme Lagleize, qui refuse de se projeter au-delà. A gauche, la liste de Pierre Cohen a davantage vocation à s’allier avec Archipel, que l’ancien maire couvre d’éloges : « un dispositif collectif intéressant », juge l’ancien maire. On aura compris que c’est la tête de liste confiée à Antoine Maurice, son ancien adjoint écologiste, qui ne lui revient pas.

Au-delà des querelles personnelles, la soudaine irruption de ces deux nouvelles listes pose la question de la meilleure stratégie à adopter pour gagner Toulouse et le « paradoxe » politique d’une ville réputée de gauche et frondeuse, mais qui s’est donnée une longue lignée de maires centristes depuis les Baudis, père et fils. « Toulouse se gagne à gauche » martèle Pierre Cohen. « Toulouse se gagne au centre », corrige Jean-Luc Lagleize. En 2014, Jean-Luc Moudenc l’avait pourtant emporté sur une ligne très sarkozyste, promettant policiers et caméras de surveillance dans une ville marquée par les attentats attribués à Mohamed Merah. Le maire sortant fait désormais campagne pour planter davantage d’arbres et se veut aux petits soins des quartiers périphériques après avoir embelli le centre historique. Le thème de la « fracture sociale » cher à Jacques Chirac sera aussi déterminant que celui de l’écologie, que tous les candidats ont désormais inscrite à leur agenda, dans une métropole qui vit depuis un an au rythme des manifestations hebdomadaires des gilets jaunes. En priant pour que les plus radicaux ne brûlent pas le fameux sapin des ramblas.

Montauban : le violon de Bourdelle

C’est l’événement de l’année à Montauban : le vieux musée Ingres installé dans l’ancien palais épiscopal rouvre ses portes au public ce week-end. Totalement transfiguré après trois années de chantier. La configuration du site, qui domine le pont historique traversant le Tarn, fait immanquablement penser au musée Toulouse-Lautrec, logé lui aussi dans un ancien palais des évêques, quelques dizaines de kilomètres en amont à Albi. Osons le dire : l’aura d’Ingres ne permettra pas à la préfecture du Tarn-et-Garonne d’attirer les 175.000 visiteurs annuels revendiqués par sa voisine tarnaise. La directrice du musée vise plus modestement les 80.000 visiteurs. Soit un doublement de la fréquentation.

EPErnest (2)
Ernest Pignon-Ernest à l’inauguration du MIB (musée Ingres Bourdelle) de Montauban

Nommée conservatrice en 1998 du musée montalbanais, Florence Viguier-Dutheil se démène sans compter pour inscrire cette autre « ville rose », toute de briques vêtus, dans le circuit des visites incontournables de la région toulousaine. La présence d’Ernest Pignon-Ernest lors de l’inauguration du musée en atteste : « exposer à Montauban est un de mes plus beaux souvenirs » confie l’artiste, invité en 2007 puis en 2009 par la directrice du musée à confronter ses fameux collages à l’oeuvre d’Ingres. Aux yeux de ce pionnier du street-art, « Ingres est une référence pour tous ceux qui s’intéressent au dessin ». Le peintre avait légué 4.507 de ses dessins et croquis préparatoires à sa ville natale.

Exposer ces minces et fragiles pelures n’est ni facile, ni spectaculaire. La remarquable muséographie qui accompagne la restauration réussie du palais, édifié au XVIIe siècle par les évêques catholiques dans cette ancienne place forte protestante, permet de consulter ces esquisses grâce à un astucieux système de rayonnage vertical. Un atelier de restauration de cette précieuse collection qui ravira les spécialistes a même été aménagé sous les toits, mais n’est pas accessible au public. Un « cabinet de dessin » a en revanche été reconstitué dans l’une des salles, jadis décorée par le père de Jean-Auguste-Dominique Ingres, lui-même peintre et sculpteur. On y trouvera le fameux  « violon d’Ingres », instrument sur lequel jouait parfois le peintre qui fut, parait-il, 2ème violon à l’orchestre du Capitole de Toulouse. La musique ne fut donc pas seulement un passe-temps pour l’artiste qui a longtemps dirigé la villa Médicis à Rome grâce aux relations que cet ancien bonapartiste a su nouer avec les monarchistes sous la Restauration. Nommé sénateur impérial lors du coup d’Etat de Napoléon III, l’ancien élève de David excellait dans les portraits.

Nus féminins et portraits officiels

Ingres, qui vécut les balbutiements des daguerréotypes, aurait pu être le « photographe officiel » de l’Elysée, comme David fut le peintre de Napoléon. Le musée du Louvre a prêté pour la réouverture du musée un grand tableau représentant le jeune duc d’Orléans, mort accidentellement à 32 ans. Ce grand portrait en uniforme militaire du fils de Louis-Philippe avait vocation à devenir l’image officielle du futur roi de France. Le musée montalbanais organisera cet été une grande exposition autour de l’iconographie posthume commandée par la Monarchie de Juillet à la mémoire de ce jeune prince, libéral et mécène, qui gagna ses galons lors des guerres coloniales en Algérie. En attendant, la directrice du musée a su convaincre plusieurs institutions de prêter des œuvres afin de faire dialoguer l’oeuvre d’Ingres, dont l’académisme est sans doute un peu passé de mode, avec des artistes plus attirants pour le public moderne : Degas, Vuillard et même un incontournable Picasso.

Les nus féminins, autre grande spécialité du fameux auteur de la Grande Odalisque, sont bien représentés. Y compris dans une dernière salle, plus iconoclaste, où Florence Viguier-Dutheil n’hésite pas à questionner cette mode de nombreux peintres de l’époque aux nouveaux canons féministes ou aux emprunts et ré-emplois plus ou moins provocateurs des artistes contemporains. « Le regard sur la postérité du maître de Montauban doit rester curieux, dynamique et pourquoi pas irrévérencieux », écrit la directrice du musée en guise de profession de foi.

Le « grand guerrier de Montauban »

C’est l’occasion ou jamais de souligner ici la force évocatrice d’un bronze monumental installé dans la deuxième salle de l’exposition temporaire. Signée Bourdelle, l’autre enfant du pays, cette sculpture représente un guerrier plus grand que nature. Son torse puissant et les muscles saillants contrastent avec les chairs féminines exposées sur les tableaux d’Ingres. L’oeuvre a été réalisée par le disciple montalbanais de Rodin pour le monument aux morts commandé par la ville de Montauban après le désastre de la bataille de Sedan et la chute du IIème Empire. Elle fit scandale à l’époque. C’est le musée privé de la fondation Bemberg, installée à Toulouse, qui a prêté son unique Bourdelle pour l’occasion. Ce « grand guerrier de Montauban » est l’une des pièces maîtresses de l’exposition. D’autres créations du sculpteur sont présentées dans les sous-sols en brique de l’ancien palais épiscopal, dont certaines prêtées par le musée parisien consacré au sculpteur. La ville a décidé fort justement d’accoler le nom de Bourdelle à celui d’Ingres pour son musée retrouvé. Les sculptures et l’architecture du « MIB » (musée Ingres Bourdelle) de Montauban valent à elles seules le déplacement.

Lareine électrise le théâtre Garonne

Lareine Chamonix
De toutes les matières, c’est les watts qu’il préfère. Eric Lareine, 65 ans au compteur (Linky), a fait péter le mythe du père fondateur de la « Houille Blanche » sur la scène du théâtre Garonne. On ne pouvait rêver meilleur endroit que cette ancienne usine de pompage de l’eau du fleuve à Toulouse pour évoquer la vie d’Aristide Bergès, fils de papetier ariégeois qui fit fortune dans les Alpes en installant les premiers barrages hydro-électriques au XIXème siècle.
Cravaté et vêtu d’un improbable manteau-blouse d’époque, le chanteur-performer va au charbon avec son complice Pascal Maupeu et trois autres musiciens pour raconter l’exil de cet ingénieur pyrénéen dans le Dauphiné et sa rencontre avec “la fée électricité”. « Tous les faits sont réels », insiste à plusieurs reprises le conteur électrique, qui s’amuse à rajouter une muse aux pieds palmés à la biographie officielle de l’industriel.
Lareine Berges 2
Entre deux chansons et instrumentaux aux accents de rock bruitiste, Lareine renoue avec son ancien métier de peintre en lettres en dessinant sur un drôle de tableau surtout pas noir, mais d’une couleur laiteuse grâce à des éponges imbibées de Blanc d’Espagne. Cet unique accessoire de scène a été fabriqué par Matthieu Bony. Créateur de décors d’opéra et des spectacles de rue du Royal de Luxe, il a réussi à insérer des tuyaux invisibles entre deux feuilles de plexiglas pour que de l’eau vienne périodiquement effacer les œuvres graphiques éphémères du chanteur, dans un ruissellement digne des ardoises magiques de notre enfance.
La mise en scène de ce spectacle qui épouse davantage la forme d’un concert « classique » que d’une pièce de théâtre a été confiée à Christophe Lafargue, alias Garniouze, autre adepte des spectacles de rue. Arpentant la scène en soliloquant dans son costume d’ingénieur positiviste, Lareine revient toujours au pied de son micro planté au milieu de la scène, comme aimanté. « On a pensé à utiliser un micro-casque pour les séquences narratives, mais je l’aurais fait péter en 5 minutes » explique le trépidant chanteur de blues en blouse. Il ne manquera d’ailleurs pas de sortir un harmonica de sa poche pour y souffler ses tripes habituelles. On ne se refait pas à 65 ans, même quand on joue un respectable industriel en cravate et montre-gousset sur plastron.
Lareine Bergès
Né par hasard à Charleville-Mézières, le plus rimbaldien des artistes toulousains confesse volontiers la part autobiographique de ce spectacle historico-électrique. « Mon père était ingénieur EDF ». Le paternel fut même diplômé de l’école fondée par Aristide Bergès du coté de Grenoble. Antinucléaire revendiqué, Lareine s’interroge en artiste sur ces ingénieurs et « leur confiance aveugle en la science ». Plutôt que de raconter les véritables déboires de l’inventeur de la “houille blanche” avec les riverains dauphinois de ses barrages qui lui firent un procès pour avoir détourné leur eau, il préfère dire que l’industriel a « trahi » la fée qui lui avait enseigné comment capter l’énergie des chutes d’eau. Le morceau de bravoure du spectacle est une longue épopée lyrique sur « la chute des corps » où Lareine peut donner le plein de sa démesure.
Un disque (vinyle) est annoncé en 2020 avec les chansons et la musique composée par Pascal Maupeu pour ce spectacle onirique original.