Au théâtre ce soir : du ballet, Covid !

8 jeunes danseurs venus d’Italie étaient en résidence au théâtre Garonne de Toulouse pour la reprise de Relative Calm, ballet de la chorégraphe américaine Lucinda Childs mis en scène et en lumières par Bob Wilson sur une musique minimaliste de Jon Gibson, créé en 1981 à Strasbourg

Le virus du théâtre est plus fort que la peur de la mort. Pour signifier sa sortie du confinement, le théâtre Garonne a convié son public fidèle, sevré de scène depuis le 13 mars, à la (re)présentation exceptionnelle de quelques pas de danse contemporaine. Les 255 sièges ont été pris d’assaut, sans mesure de distanciation particulière ou masque obligatoire, pour cette invitation gratuite à assister à ce qui était présenté comme « une répétition ouverte ». Pas de rideau. Sur scène, huit danseurs vêtus de blanc sont comme figés en attendant de reprendre vie. Quatre hommes, quatre femmes. Ces jeunes artistes sont venus d’Italie en début de semaine pour préparer la reprise de Relative Calm, un ballet minimaliste créé en 1981 au théâtre national de Strasbourg par un trio de créateurs américains d’avant-garde.

Quand le noir se fait et que débutent les boucles de musique électronique répétitives du musicien californien Jon Gibson, les corps se mettent en mouvement, tournent, se croisent, sans jamais se toucher. La chorégraphie strictement géométrique de la new-yorkaise Lucinda Childs est un menuet moderne, exécuté avec des entrechats de danse classique. Elle est mise en scène et en lumière par Bob Wilson. Cette grande figure du théâtre contemporain est venu personnellement superviser les répétitions des jeunes danseurs recrutés par son producteur milanais. Il a pris le micro avant la courte présentation (20 minutes) d’un extrait du ballet pour dire son plaisir de retrouver la ville rose. Bob Wilson avait déjà eu l’occasion de monter sur la scène du théâtre Garonne en 2015 pour jouer, en solo, un spectacle autour de Samuel Beckett. L’acteur et metteur en scène a eu l’occasion de rencontrer le dramaturge à Paris dans les années 70. «  La plupart des villes américaines sont provinciales », avait alors confié ce Texan originiare de Waco à Jean-Marc Le Scouarnec.

Les danseurs de Relative Calm ont repris le maquillage blanc que Bob Wilson avait choisi pour jouer Beckett à Toulouse. Ils arborent juste une bande noire dans le dos. Une planète survolant la scène suspendue à un fil invisible en offrant des éclipses variables selon la lumière apporte une touche de poésie céleste, mais tout aussi inexorabelement mathématique, aux mouvements calculés au millimètre des corps. L’esthétique minimale de sa mise en scène, aussi géométrique que la chorégraphie de sa complice Lucinda Chils, n’est pas sans évoquer celle d’Aurélien Bory. Cela tombe bien, le plus inventif des scénographes de Toulouse avait lui aussi réinvesti les lieux de ses premiers pas au théâtre en concevant, à bas bruit, une installation pour faire revenir le public dans les galeries souterraines du théâtre Garonne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s