Les « roitelets » déchus de la nuit toulousaine et leur empereur inconnu

Comme les Trois Mousquetaires, ils sont quatre. Quatre quadras qui aiment le fric et la fiesta. Un peu penauds, ces jeunes gens bien mis, fils de bonnes familles ou diplômés de Sup de Co, ont été pris la main dans le sac en train de détourner une partie de l’argent liquide qui coulait à flot dans leurs restos branchés, leurs bistrots à la mode et leurs guinguettes éphémères où la jeunesse dorée de Toulouse allait se trémousser avant qu’un méchant virus vienne tout gâcher. « On a déconné », reconnaissent-ils devant le tribunal correctionnel de Toulouse

Le trio d’associés du groupe All for You, gestionnaires de 7 établissements de la ville rose revendiquant un confortable chiffre d’affaire de 16 millions d’euros en 2020, aurait réussi l’exploit de détourner jusqu’à 45.000 euros de liquide tous les mois. Soit un préjudice de plus de 2 millions sur quatre ans, selon les calculs du Parquet qui leur réclamait des comptes. Nos trois patrons flambeurs, amateurs de belles bagnoles et de voyages dans les îles, encourent 3 ans de prison, dont un ferme. Comme leur ami Nicolas Sarkozy, venu déjeuner dans le navire-amiral de leur petit empire de la restauration festive lors de son dernier passage à Toulouse !

Plus gênant pour la suite de leurs exploits entrepreneuriaux, nos golden boys des tapas risquent de tomber sous le couperet d’une interdiction immédiate de gestion. Le quatrième larron, ancien associé et fils d’un ancien président du Stade Toulousain, a droit à un traitement particulier : prison avec sursis seulement, mais toujours cette satanée interdiction de gérer qui menace ses affaires en cours sur la place du Capitole ou au sein du Théâtre de la Cité. « Mon client n’a plus triché depuis qu’il a quitté ses anciens associés », fait valoir son défenseur recruté par papa, également avocat d’affaires. Tout ce petit monde sera fixé sur son sort le 2 avril.

Fin de l’histoire ? Que nenni ! Il n’y avait pas 4, mais 8 personnes dans le box des accusés du tribunal. Le quotidien régional, qui a partiellement rapporté les débats, a curieusement oublié de citer les autres personnes mises en cause. Cette différence de traitement interroge, alors que les noms de ceux qui sont présentés comme « les rois de la nuit » toulousaine sont jetés en pâture. Tout juste saura-t-on que le détournement de fonds a été rendu possible grâce à un logiciel, baptisé Vega. Cette suite informatique, mise au point et commercialisée par des informaticiens toulousains qui connaissent parfaitement le milieu professionnel de l’hôtellerie, est la solution logicielle de gestion la plus utilisée dans tous les hôtels-restaurants de France et de Navarre. Si une option cachée de ce « logiciel magique » est capable de dissimuler au fisc une partie des recettes de quelques patrons de resto branchés de la ville rose, à combien pourrait se monter l’addition à l’échelle nationale ? Mystère et boule de gomme !

Le petit génie inventeur de Vega, qui opère depuis un discret pavillon planqué au bout d’une impasse de l’autre coté du périphérique toulousain, ne risque aucune peine de prison ferme et ne s’expose qu’à une amende de 230.000€. Une broutille pour cet informaticien ingénieux et ses associés. La réussite commerciale de l’informaticien anonyme est telle à l’échelle nationale qu’il était devenu le principal associé financier de nos trois mousquetaires dans la plupart de leurs affaires les plus juteuses. Un « empereur inconnu » plus fort que les roitelets déplumés de la nuit toulousaine ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s