Canal du midi : Versailles déclassé

Face à la gare Matabiau, le canal du midi a été recouvert d’un parvis en bois récemment dédié par le conseil municipal de Toulouse à Valéry Giscard d’Estaing. Un pis-aller pour cacher la hideuse fosse bétonnée qui avait remplacé dans les années 70 la double écluse en briques construite du temps de Riquet. Le canal royal du Languedoc creusé par cet ancien collecteur d’impôts de Louis XIV a été sauvé d’une « modernisation » hasardeuse par son classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 1996. Pour autant, l’ouvrage conçu par Colbert pour faire rayonner la gloire du Roi Soleil n’échappe pas aux outrages de la modernité. Corsetées par quatre voies de circulation, les berges du canal dans la traversée de la ville rose n’ont rien à envier à celles de la Seine aménagées sous Gorges Pompidou pour l’automobile.

Le cas toulousain n’est pas isolé. Depuis la capitale de la région Occitanie jusqu’à Sète, les 240 kilomètres du canal ne sont pas toujours aussi bucoliques que les images de cartes postales. Surtout à l’entrée et la sortie des agglomérations. Si le vénérable ouvrage serpente langoureusement en traversant les champs de blés du Lauragais avant de se faufiler entre les vignes des Corbières et du Minervois, il traverse aussi des zones industrielles, commerciales ou artisanales sur 15% de son linéaire. Voire des friches comme à la sortie de Béziers, entre les voies de chemin de fer et l’usine Cameron. Ce paysage industriel hérité du temps où le canal n’était pas dédié au tourisme est encore plus visible depuis que les platanes du canal, décimés par le chancre coloré, ne font plus écran. La nouvelle « zone tampon » délimitée aux abords du canal sous la pression de l’Unesco pousse l’Etat et les collectivités à résorber ces points noirs qui font tâche ; et à mettre un coup d’arrêt une urbanisation galopante. Imagine-t-on Versailles grignoté par une autoroute, des usines et des lotissements pavillonnaires ?

Moudenc piqué au vif par les juges administratifs

A l’angle de la rue Raymond VI et du canal du midi, le tribunal administratif de Toulouse abriterait-il un nid de dangereux « écolos-gauchistes » sous les platanes ? La virulence de Jean-Luc Moudenc en apprenant que ces magistrats refusaient finalement tout sursis à l’annulation du plan intercommunal d’urbanisme et de l’habitat (PLUIH) prononcée en mars interpelle. Le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole a vertement dénoncé « une décision profitant à quelques propriétaires fonciers par trois juges dans une salle qui piétine la volonté du peuple ». On croirait entendre les critiques à l’encontre des « pastèques » rouges et vertes d’Archipel Citoyen lors des élections municipales !

Il faut dire que Moudenc a des raisons d’en vouloir aux juges. Au début de l’année, le même tribunal avait déjà rayé d’un trait de plume son nouveau plan des déplacements urbains (PDU), pourtant présenté comme « le plus ambitieux de France ». L’annulation dans la foulée du PLUIH revient à censurer deux documents majeurs de la politique élaborée par le président de la Métropole pour un nouveau mandat qui commence par deux sacrés gadins. A part la plantation des 100.000 arbres promis durant sa campagne et l’inauguration des chrysanthèmes, que reste-t-il au maire de la quatrième ville de France ? L’élu, la ville et la métropole ont bien entendu fait appel des jugements du tribunal. Avec un peu de chance, et au vu de la lenteur des procédures, ce seront peut-être les juges de la future cour administrative d’appel de Toulouse, en cours d’aménagement dans l’hôtel particulier qui abritait jadis le rectorat, qui arbitreront ces matches retour…

Dans l’attente, le maire de la ville a sagement annoncé qu’il engageait sans attendre une nouvelle révision du PLUIH avec ses collègues maires des 37 communes de la métropole. Le syndicat Tisséo, qui gère les transports en commun de l’agglomération, devrait en faire de même pour le PDU (rebaptisé « plan mobilités). Il faut croire que « la catastrophe » déplorée par Moudenc à propos de la censure de son cher PLUIH, n’est pas la Bérézina annoncée. Idem pour le PDU. Dans les deux cas, Jean-Luc Moudenc et son staff ont choisi de dramatiser la situation en expliquant qu’on revenait aux plans antérieurs. Comprendre : ceux qui avaient cours quand Pierre Cohen, son prédécesseur socialiste, siégeait au Capitole et accouchait aux forceps de la Métropole. Mais force est de constater que ni la troisième ligne de métro, ni le projet de gratte-ciel à Matabiau, ne sont en théorie impactés. Il s’agit pourtant des deux projets-phares du mandat Moudenc.

En réalité, l’annulation du PLUIH apparaît comme un désaveu de la politique de « densité modérée » prêchée par le maire de Toulouse pour regagner le Capitole en 2014. Jusqu’alors, Jean-Luc Moudenc répétait partout ce que tous les urbanistes s’accordent à dire depuis longtemps : si on ne veut pas que Toulouse finisse par ressembler à Los Angelès, il faut stopper une urbanisation horizontale qui s’étend en tâche d’huile jusque dans les département voisins en construisant, verticalement ; des immeubles plus haut, donc. Mais ce discours de vérité ne plaît guère aux propriétaires de pavillons et aux quartiers résidentiels. Pour regagner leurs voix, le candidat Moudenc a donc inventé un concept qui frise l’oxymore, promettant « en même temps » un gratte-ciel et des forêts de tours autour de la gare, et la préservation des « Toulousaines » sur les anciennes terres maraîchères livrées aux promoteurs. Toulouse était « en marche » avant Macron !

Le problème, c’est que l’Accord de Paris signé triomphalement par Laurent Fabius et une floppée d’hommes d’Etat et la nouvelle Loi Climat imposent de tendre désormais vers « le zéro artificialisation nette » (ZAN) : on ne peut plus impunément grignoter des terres agricoles, des espaces verts ou boisés. Tout en expliquant que cet objectif est difficile à atteindre dans une agglomération qui gagne chaque année plus de 10.000 habitants supplémentaires qu’il faut bien loger, les services de la métropole ont maladroitement tripatouillé les chiffres pour montrer que l’urbanisation future sera plus vertueuse en préservant davantage la nature. Sauf que le tribunal a dégainé d’autres documents qui démontrent le contraire. Idem pour le PDU et l’obligation de préserver la qualité de l’air et la planète contre la pollution et les émissions de gaz à effet de serre. Penauds, les services techniques plaident des erreurs techniques de bonne foi, expliquant que les règles changent sans cesse et sont toujours plus sévères.

Inflexibles, les juges du tribunal administratif ont renvoyé Moudenc à ses chères études d’apprenti-écologiste « pragmatique » en lui infligeant deux rappels à la loi. Font-ils pour autant « le jeu du populisme », comme le leur reproche le maire de Toulouse ? Ravalés au rang d’une « élite éloignée des réalités quotidiennes », les magistrats se sont senti obligés de répliquer par un communiqué de presse. Un fait exceptionnel dans les annales de la justice administrative. Les juges rappellent au maire, pourtant juriste de formation, que leur jugement « repose seulement sur le code de l’urbanisme, notamment dans sa partie législative issue de la représentation nationale, et la jurisprudence rendue sur le fondement de ce code ». Ils vont inviter l’ancien président de la Corpo de Droit à un séminaire de rattrapage de droit administratif à l’Université Toulouse-1 Capitole ?

A Toulouse, les tours poussent plus vite que les arbres autour de la gare Matabiau

Moudenc N&B Matabiau
La commission d’enquête sur le futur visage du quartier de la gare Matabiau de Toulouse (projet TESO) a rendu son rapport le 4 juillet dernier. Sans surprise, la présidente de la commission et ses deux assesseurs donnent leur feu vert au projet, très discuté, de la tour d’Occitanie surplombant les voies de chemin de fer et le canal du midi à Marengo. Sabine Nascinguerra avait elle-même suggéré la construction d’un gratte-ciel pouvant s’élever jusqu’à 150m sur l’emplacement de l’ancien tri postal lors d’une précédente enquête publique, comme l’avait relevé Médiacités.
Sensible aux critiques qui pointent l’absence de logements sociaux dans cette tour de prestige, réservée à des immeubles de standing, un hôtel de luxe et des bureaux, la commission recommande toutefois que le promoteur contribue financièrement à la construction de logements accessibles à des ménages modestes dans ce quartier en pleine recomposition urbaine. Les commissaires-enquêteurs s’inquiètent également des expropriations qui vont toucher environ 500 personnes du faubourg Bonnefoy, notamment au bas de l’avenue de Lyon et l’étroite rue des Cheminots. “ Le projet TESO aura un impact humain considérable dès la première phase, largement passé sous silence dans le dossier soumis à enquête ”, souligne le rapport qui ne s’aventure pas pour autant à faire le procès d’une “gentrification” du quartier instruit par certain(e)s.
Non à des immeubles de 60m
Mais si le maire de Toulouse se réjouit d’avoir obtenu un “feu vert” pour son projet de gratte-ciel et s’apprête à délivrer sans tarder le permis de construire, Jean-Luc Moudenc s’est vu décerner un “feu orange clignotant” pour d’autres immeubles de grande hauteur dans le secteur. La commission d’enquête s’oppose en effet à la construction d’immeubles de 60m de haut le long de l’avenue de Lyon. “ La Commission constate que de telles hauteurs ne sont pas conformes à la version initiale du PGU (plan guide urbain, NDR) et qu’elles résultent d’une évolution récente peu expliquée au public. Elles sont en rupture très nette avec les hauteurs fixées par le PLU ou par le PLUiH qui vient d’être approuvé par la Métropole lesquelles varient selon les zones entre 15 et 30 mètres ”, soulignent les commissaires-enquêteurs.
Sabine Nascinguerra et ses deux assesseurs réclament davantage d’espaces verts dans ce secteur, soulignant “ le peu d’ambition ” de la ville en la matière. La plantation d’arbres “en pleine terre” est recommandée à la place des grandes tours projetées. De façon peu habituelle, le rapport fait état d’un entretien avec le maire de Toulouse qui défendait la construction d’immeubles de 60m de haut pour avoir plus de place au sol destinée aux espaces verts. “ Or, c’est justement la grande hauteur des immeubles le long de l‘avenue de Lyon qui contribue aux îlots de chaleur urbain et qui heurte un grand nombre de contributeurs en raison d’une transformation trop radicale du quartier , rétorquent les commissaires-enquêteurs. Presque un désaveu pour Jean-Luc Moudenc, qui aime à se présenter dans l’optique des prochaines élections municipales comme “l’homme qui plantait des arbres”.

Le téléphérique urbain de Toulouse enfin « sur les rails »

telepherique-rangueil

On en parle depuis plus de dix ans, mais cette fois c’est certain : Toulouse ajoutera un téléphérique dès la fin 2020 à son offre de transports urbains. Les travaux pour édifier les 5 pylones de la ligne ne seront lancés qu’à la rentrée, mais les élus de la métropole ont tenu à donner dès ce 5 juillet le « coup d’envoi » symbolique de ce projet qui commençait à ressembler à une Arlésienne sur les bords de la Garonne. Contrairement aux lourds chantiers du métro ou du tramway, il faudra à peine plus d’un an pour construire cette nouvelle ligne de 3 kilomètres de long. Dotée de 17 cabines capables d’emporter 34 personnes (dont 17 à 20 places assises), elle reliera l’université Paul Sabatier à l’Oncopôle bâti au bord de la Garonne en passant par le CHU de Rangueil, construit dans les années 70 sur une colline dominant la ville et son fleuve. Dessinées par le célèbre designer italien Pinifarina, les cabines seront accessibles aux handicapés en fauteuil roulant et on pourra même y embarquer en vélo.

« Je suis content de voir cette idée se concrétiser et être repris dans d’autres villes » se félicite Philippe Douste-Blazy, initiateur du projet lorsqu’il fut maire de Toulouse (2001-2004). Dans l’esprit de l’ancien ministre de la Santé, il s’agissait juste d’offrir une liaison aux étudiants de médecine du CHU et leurs professeurs vers l’Oncopôle qu’il a fait émerger sur les anciens terrains dévastés par l’explosion de l’usine AZF en 2001. Pierre Cohen, qui lui a succédé au Capitole, a rajouté le tronçon qui redescend de Pech David sur l’autre versant, vers l’université. Le maire socialiste de Toulouse avait rebaptisé le projet « aérotram ». Il espérait l’inaugurer en 2017. Estimé initialement à 43 millions d’euros (hors-taxes), le téléphérique a été à plusieurs reprises revu à la hausse : 63 millions, puis 83 millions d’euros.

Pour ce prix, les cabines fabriquées par Pomagalski en Isère doivent pouvoir circuler même avec du vent d’autan jusqu’à 108km/h. La maintenance du téléphérique a été confiée à Altiservices, une filiale d’Engie qui exploite plusieurs stations de ski dans les Pyrénées, pour 2 millions par an supplémentaires. L’arrêt du service pour maintenance devrait être limité à 11 jours par an. Les trois câbles qui supportent les cabines seront posés par drone pour limiter l’impact sur le trafic aérien lors du chantier. Ils seront peints en rouge et blanc pour être visibles par les pilotes d’hélicoptère qui survolent parfois le secteur. Des indemnités « dégressives » seront même versées à six propriétaires survolés par le téléphérique : plus les cabines passent bas au-dessus de la propriété, plus la somme est élevée.

En dépit de ces modifications du projet initial qui font grimper la facture, le téléphérique urbain s’annonce comme l’un des moyens de transports les plus économes fait valoir Francis Grass, adjoint au maire chargé du chantier. Presque une « récréation » pour cet ancien directeur de la société d’exploitation des bus et du métro toulousain qui pilote également le projet de troisième ligne de métro, lourd de plusieurs milliards d’euros, qui ne devrait être mis en service qu’à l’horizon 2025… si tout va bien. Contrairement au métro, qui continue de diviser la classe politique locale, le téléphérique fait désormais consensus alors même que beaucoup le considéraient au départ comme un « gadget ».

La conception du téléphérique n’a cependant pas été un long fleuve tranquille. Il faudra surélever la station de l’Oncopole, située en zone inondable, surveiller les pylônes sur le versant de Pech David sujet aux glissements de terrain à l’aide de « d’inclinomètres », survoler les ballastières où dorment encore plus de 5.000 tonnes d’explosifs engloutis après la première guerre mondiale et traverser les fumées de la dernière usine chimique classée Seveso du secteur. Il a surtout fallu rassurer les enseignants et les parents d’élèves du lycée Bellevue, qui craignaient que le survol de leur établissement par les cabines perturbent les élèves. Le lycée, soutenu par la région Occitanie, a refusé de sacrifier ses (vastes) terrains arborés pour abriter le terminus du téléphérique. Il sera donc construit à l’entrée de l’université Paul Sabatier, de l’autre coté de la route de Narbonne.

Toutes ces réserves expliquent que le téléphérique ne pourra pas être inauguré avant les élections municipales, comme le maire, Jean-Luc Moudenc, l’aurait voulu. Sceptique à l’origine sur l’idée d’un téléphérique urbain, l’ancien adjoint aux transports de Philippe Douste-Blazy envisage désormais d’étendre le téléphérique vers les quartiers du Mirail et de Montaudran en survolant le périphérique. Mais sans s’engager sur un calendrier.

La très discrète fermeture d’un site Seveso de Toulouse

Fenouillet gaz
Les deux grandes cuves semi-enterrées et végétalisées de propane et de butane sont vides. Le centre d’emplissage Finagaz de Fenouillet, au nord de Toulouse, a officiellement fermé ses portes le 31 juillet. Une partie des 15 salariés du site, classé Sévéso, devait être transférés vers Antargaz à Boussens, au sud de la Haute-Garonne.  Mais aucun n’a souhaite déménagé. Les deux entreprises sont la propriété du groupe américain UGI, qui a racheté l’activité GPL de Total en 2015. Les nouveaux propriétaires ont annoncé leur départ de la banlieue toulousaine dans un courrier électronique lapidaire adressé le 21 juin à la DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) d’Occitanie. La nouvelle a surpris car le préfet venait d’adopter en juin 2017 le plan de prévention des risques technologiques (PPRT), après dix ans de procédure.

un déménagement évalué à 24 millions par Total

Les élus locaux, marqués par l’explosion de l’usine AZF de Toulouse en septembre 2001, réclamaient unanimement la fermeture du site depuis des années. Mais la solution d’un déménagement, évalué à 24 millions par Total, n’avait pas été retenue par le préfet. Dans un arrêté signé le 6 décembre 2017, le représentant de l’Etat se contentait de demander au nouvel exploitant d’étudier la mise en place d’un « système d’alerte à destination des gestionnaires du réseau ferré et des axes routiers ». Le site, approvisionné par wagons-citernes, est en effet bordé par l’ancienne route nationale 20, qui passe à seulement 10m de ses grilles. La circulation automobile est intense à l’entrée nord de Toulouse, qui voit passer 30.000 véhicules par jour. Un système de feux de signalisation automatisé pour couper la route entre deux rond-points en cas de fuite de gaz était envisagé. Coût estimé : 140.000 euros, selon les services de Toulouse-Métropole, qui a hérité de l’ancienne nationale transférée dans un premier temps au département.

Le centre commercial s’est rapproché

Le risque industriel n’a toutefois pas empêché l’extension du centre commercial Casino voisin, qui a inauguré entre 2015 et 2016 une nouvelle galerie marchande de 130 boutiques sur 90.000 m2 et un multiplexe de 8 salles de cinéma. Ce nouveau centre commercial géant, avec son parking de 2.600 places, se trouve désormais à 500m seulement du site gazier. Le dernier exercice de secours, organisé en décembre 2016, aurait révélé des difficultés d’évacuation, selon un habitant membre d’une association de riverains. La consigne en cas d’accident est d’évacuer la zone à pied. Mais le site, coincé entre la route d’un coté, les voies ferrées et le canal latéral de l’autre, n’offre aucune échappatoire.

La SNCF a refusé de racheter le site

Un nouveau risque est enfin apparu avec le projet de LGV entre Toulouse et Bordeaux prévoyant la construction de deux nouvelles voies ferrées qui auraient frôlé le site à une centaine de mètres seulement. Le coût pour protéger les trains s’annonçait lourd : entre 14 et 40 millions, selon les premières estimations. Il était question de recouvrir les voies dans une sorte de tunnel, ou de construire des « sarcophages » en béton pour protéger les trains de voyageurs. Une centaine de trains passent chaque jour à proximité du site, sans compter les nombreux trains de marchandises de la gare de triage de Saint-Jory, en pleine restructuration. Il fut même question de vendre les 3 hectares du site gazier à la SNCF, mais l’entreprise publique n’a pas donné suite. Finagaz disposait de son propre embranchement ferré pour approvisionner le site de Fenouillet. En 2015, 735 wagons-citernes ont servi à remplir 1 million de bouteilles de gaz, distribuées par un peu moins de 3.000 camions dans toute la région. La direction de l’entreprise invoque la baisse de la consommation de GPL pour justifier la fermeture de son site de Fenouillet. Elle se refuse à tout autre commentaire. Il reste deux autres sites pétroliers classés Seveso au nord de Toulouse.

Un starchitecte dessine le nouveau visage du Cap d’Agde

Agde Wilmotte

Les « engrenages » de Jean-Michel Wilmotte seront au Cap d’Agde ce que les fameuses « pyramides » de Jean Balladur furent à la Grande Motte au siècle passé. L’architecte a dessiné quatre grands bâtiments circulaires qui vont spectaculairement marquer l’entrée de la station balnéaire de l’Hérault. « J’aurais été incapable de faire des bâtiments rectilignes sur ce site », raconte Jean-Michel Wilmotte sous le chapiteau écrasé de chaleur dressé au milieu d’un immense rond-point en plein chantier. C’est là, à quelques encablures du port de plaisance, que le fameux architecte-designer qui travaille dans le monde entier a imaginé ses constructions de béton blanc, rondes, moutonnées d’arbres et de plantes qui dégringolent de larges terrasses en gradins. A ses yeux, ces quatre bâtiments en forme d’arènes végétalisées sont comme autant de « rouages » pour « faire marcher tout le quartier ».

Le maire de la commune, qui avait lancé l’idée d’une grande opération immobilière pour revaloriser l’image d’une station construite ex-nihilo dans les années 70 entre Sète et Béziers, est ravi. « C’est un joyau architectural qui va conforter notre rang de plus grande station balnéaire de France », se félicite Gilles d’Ettore. L’élu a prévu de déménager le casino dès 2018 et d’ériger un nouveau palais des congrès d’ici 2020 sur ce site de 10 hectares. Jean-Michel Wilmotte a tracé une « rambla » arborée de 300 mètres pour relier le nouveau quartier au port. Tous les bâtiments prévus s’articulent autour de cet axe piétonnier que l’architecte imagine déjà bordé d’échoppes et de terrasses de café. « Il y aura de la vie toute l’année, même la nuit », promet l’architecte à la centaine d’invités venus découvrir les plans du quartier.

Pour le maire comme pour le promoteur, il s’agit d’élargir l’offre immobilière et de proposer de nouveaux services à une population qui vit désormais toute l’année dans la station. « Les années 80 sont dépassées » affirme Jacques Rubio, directeur général du groupe Kaufman & Broad pour le Grand Sud Ouest. Le promoteur, qui a commencé sa carrière chez Malardeau, promet des appartements de standing de plus de 200 m2, dotés de terrasses de 150 m2 avec vue sur la mer dès le 3ème étage. Le programme, qui s’étend sur 25.000 m2 et 3.000 m2 de commerces et services, comprend la construction de 217 logements, mais aussi une résidence de tourisme et une résidence senior d’une centaine de lits chacune. Le calendrier prévoit la livraison d’une première tranche de travaux au premier semestre 2020.