Gardarem les paysans

 

p1070933

Bien sûr, il y eu le Larzac. Pour un José Bové, combien de fermes abandonnées et combien de paysans résistants  ? En dix ans, l’Aveyron a perdu 5.000 exploitations agricoles. Le département, qui reste agricole et rural, est passé sous la barre symbolique des 10.000 exploitations en 2008.

Pour autant, une centaine de jeunes agriculteurs s’installent en moyenne chaque année. Néo-ruraux ou « purs porcs », tous ont choisi leurs racines. Ne gardent pas les deux pieds dans le même sabot. Coopératives, circuits courts, produits bio ou gîtes ruraux : il faut se bouger pour rester « au pays ». La terre ne suffit pas.

Restera-t-il des paysans à l’heure de la mondialisation ? Dans un livre prophétique qui vantait la modernisation des campagnes, le sociologue Henri Mendras diagnostiquait en 1967 la fin d’une civilisation millénaire. Mais les tracteurs, les engrais de synthèse ou les OGM n’ont pas eu raison d’une véritable agri-culture. Condamnées à la disparition, les vaches de race Aubrac sont devenues l’âme du futur parc naturel régional. Aubrac, Larzac, même combat !

aubrac