A Luchon, la neige tombe de l’hélico

Bourd d'Oueil
Bourg d’Oeuil, la plus petite des trois stations reprises par le département de Haute-Garonne

Cela ressemble à une opération de sauvetage désespérée. Un hélicoptère a commencé vendredi en fin d’après-midià livrer 80m3 de neige au bas des pistes de Superbagnères, la station de ski de Luchon (Haute-Garonne). Prélevé sur les pentes du Céciré (2.400m d’altitude), le précieux « or blanc » doit permettre d’assurer un minimum d’enneigement au pied des pistes (1.800m). Il fait trop doux pour faire fonctionner les 180 canons à neige de la station et seules 6 des 28 pistes du domaine skiable sont ouvertes en cette période de vacances scolaires.

Les héliportages ont été commandés par le conseil départemental, qui a repris l’an dernier la gestion de Superbagnères et de deux autres stations plus petites de la Haute-Garonne, fortement endettées. Faute de neige, la micro-station du village de Bourg d’Oeil est fermée depuis plus d’un mois et celle du Mourtis a été contrainte de renoncer à son tour « pour une durée indéterminée » à ouvrir ses pistes la semaine dernière. Pour sauver Luchon et la centaine d’emplois saisonniers liés à Superbagnères de cette Bérézina annoncée, le département a donc fait appel à une société spécialisée dans les héliportages. Une deuxième série de rotations de l’appareil pour 80m3 supplémentaires a eu lieu samedi, soit une cinquantaine de tonnes au total. Cela doit permettre de garantir le fonctionnement de l’école de ski pendant 15 jours, selon le conseil départemental. Coût financier de l’opération : 5.000€. Le syndicat « Haute Garonne Montagne » n’a pas calculé le coût écologique de chaque rotation d’hélico pendant plus de 2 heures.

Le département a promis d’investir plus de 20 millions pour officiellement aider les communes de montagne à se transformer en « stations 4 saisons ». Le remplacement de la télécabine de Luchon, qui relie depuis 1993 la station thermale à Superbagnères, devrait absorber à lui seul 15 millions. L’utilisation d’hélicoptères pour la transhumance mécanique des flocons n’est pas une première. La station de Montclar (Alpes de Haute-Provence)a déjà eu recours à des héliportages de neige en décembre dernier et Sainte-Foy-Tarentaise (Savoie) avait inauguré la technique en 2015. Déclenchant à chaque fois des avalanches de critiques sur les réseaux sociaux.

Les images de l’héliportage filmé par un commerçant de Luchon et diffusées par France 3, qui a révélé l’information, n’ont pas manqué à la règle. La neige qui tombe artificiellement des airs a fait réagir jusqu’au sommet de l’Etat. « On marche sur la tête » a réagi Emmanuel Wargon sur Twitter. La secrétaire d’Etat chargée de la transition écologique a repris les termes d’un écologiste local, élu municipal dans le sud de la Haute-Garonne. Sur place à Luchon, l’heure est toutefois davantage au soulagement. « Certes l’usage de l’hélicoptère n’est pas exemplaire, loin s’en faut, mais c’est là la seule solution pour faire face à une urgence », défend le maire (DVG) de la petite ville touristique. « C’est l’économie de la vallée qu’il faut sauver et cela vaut bien ce petit écart environnemental », plaide Louis Ferré. L’élu de Luchon rétorque aux urbains amateurs de montagne qui critiquent cette décision que c’est généralement un hélicoptère qui a livré la bière commandée le soir au refuge. La ministre qui a remplacé Nicolas Hulot au ministère de l’Ecologie a elle aussi réagit dimanche aux images de la télévision régionale. « Enneiger des station par hélicoptère n’est pas une voie possible », estime Elisabeth Borne qui annonce une prochaine réunion « avec les acteurs concernés » et le secrétaire d’Etat chargé du Tourisme.

article du samedi 15 février, MAJ lundi 17 avec les réactions du maire de Luchon et de la ministre de l’Ecologie

Un ourson perdu, capturé puis relâché dans les Pyrénées

Ourse ourson

Un ourson isolé, âgé de 6 mois environ, a été trouvé jeudi soir par un ou des promeneurs sur la commune de Fos (Haute-Garonne). Les conditions de sa découverte, à deux pas de la route qui mène en Espagne en suivant la vallée de la Garonne, demeurent inexpliquées. L’animal était déshydraté et en hypoglycémie, indique la préfecture dans un communiqué. Le ministère de l’Ecologie a autorisé en urgence sa capture. Requinqué, l’animal a aussitôt été relâché dans la nuit, non sans avoir été équipé d’un émetteur posé dans une oreille. “ Dans un secteur à même de lui assurer des conditions de sécurité, de quiétude et de ressources plus favorables, et où sa mère potentielle avait été localisée peu de temps auparavant ”, précise le communiqué.

Les autorités françaises ont manifestement tiré les enseignements du précédent malheureux d’Auberta, une oursonne trouvée dans des conditions similaires à quelques kilomètres de là, coté espagnol, en 2014. L’animal avait alors été placé dans un enclos caché dans la montagne, à l’abri des curiosités. Surveillé par des caméras, il avait pu poursuivre sa croissance durant tout l’été. Mais Auberta est finalement décédée en novembre dans son enclos, peu de temps après avoir été opérée pour être équipée d’un émetteur intra-abdominal en prévision de sa libération dans la nature. Le sort de l’oursonne avait suscité beaucoup d’émotions. Il embarrassait manifestement les autorités locales du Val d’Aran, enclave gasconne bénéficiant d’une certaine autonomie au sein de la région autonome catalane. Les élus locaux aranais avaient proposé à la France de relâcher la petite femelle en Béarn, où ne subsistent que deux mâles. Ils ont encore récemment adopté une motion hostile au mâle slovène réintroduit par les Catalans avec l’aide de l’Europe en 2016, accusé de faire trop de dégâts dans les troupeaux.

Le contexte a changé coté français, puisque Nicolas Hulot a décidé de relâcher deux femelles adultes cet automne dans les Pyrénées Atlantiques. La question du maintien des derniers ours du noyau occidental est posée depuis la mort de Cannelle, tuée par un chasseur en 2004. La survie de l’ourson trouvé à Fos, elle, n’est pas assurée. Mais elle ne remet pas fondamentalement en cause l’existence de ce noyau central, désormais fort d’une quarantaine d’individus, tous issus des ours relâchés en provenance de Slovénie.

L’ourson de Fos, dont le sexe n’a pas été précisé, a été rapidement relâché après un court séjour en cage de seulement quelques heures. L’équipe technique chargée su suivi des ours espère qu’il arrivera à survivre, même s’il ne retrouve pas sa génitrice. L’ourson de Cannelle, tué à la Toussaint, avait survécu à la mort de sa mère. Les oursons de Mellba, l’une des deux premières ourses slovène également tuée par un chasseur en Haute-Garonne, avaient eux-aussi pu passer l’hiver. Ces petits orphelins de l’automne étaient toutefois moins dépendants que l’ourson de Fos. La préfecture recommande de tenir son chien en laisse quand on se promène en montagne afin d’éviter qu’il perturbe une ourse avec ses petits. C’est vraisemblablement ce qui c’est produit il y a quelques jours dans le secteur de Fos, où deux promeneurs ont rapporté avoir été “chargés” par une ourse. Sans doute la mère du petit abandonné. Des randonnées naturalistes sont également organisées depuis l’an dernier autour du site où ont eu lieu les premières réintroductions d’ours dans les Pyrénées, il y a vingt ans.