Delga, la dame de « faire »

Il y a du Maggie Thatcher chez Carole Delga. Aussi inflexible que la première ministre britannique laissant crever Bobbie Sands et autres militants irlandais en prison, la présidente sortante socialiste a claqué la porte des négociations de l’entre-deux tours des élections régionales au nez et à la barbe d’Antoine Maurice et des écologistes. Le pauvre élu vert de la ville rose avait pourtant « tendu la main » une dernière fois, comme on demande l’aumône, dans une pathétique déclaration vidéo lundi après-midi.

Le chef de file régional des écolos d’EELV était prêt à avaler son chapeau et des couleuvres grandes comme des boas en se disant prêt à accepter de « grands travaux inutiles » comme l’autoroute Toulouse-Castres ou l’extension du port de La Nouvelle. Mais pour Delga, Maurice a commis un crime impardonnable : il est opposé à la LGV entre Bordeaux et Toulouse. Pour la présidente de région qui se voit en « chef de gare » de toute l’Occitanie, s’en est trop : on ne peut décemment pas faire confiance à ces écolos qui sont à la fois contre l’avion et contre les TGV ! Elle se déclare dans « l’écologie du faire » et ne veut plus être contrainte à de longues « palabres » avec ses alliés d’hier. « Nous avons un projet pour répondre à l’urgence climatique », assure Carole Delga pour qui l’écologie est une chose trop sérieuse pour être confiée à ces écologistes adeptes de la décroissance, un peu trop « Amish » sur les bords. La véritable écolo, c’est elle ! Le quotidien régional ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Validant l’OPA de Delga, la Dépêche du Midi s’est empressée de remplacer le rose par le vert dans sa cartographie électorale du premier tour.

Grisée par une victoire inattendue contre le Rassemblement National, désignée comme sa bête noire, la présidente sortante d’Occitanie fait valoir qu’elle a réuni près de 100.000 voix de plus sur son nom qu’en 2015, en dépit d’une abstention massive. Super-Delga s’attaque désormais aux « bestioles » rouges et vertes qui lui pourrissent la vie depuis 5 ans. Pour les rouges de LFI, c’était dit avant même de connaître leur score : pas question de fusionner avec les disciples « islamo-gauchistes » de Mélenchon, son ennemi juré à gauche. L’ancienne sous-ministre du gouvernement Valls règle maintenant ses comptes avec les « écolo-gauchistes » planqués chez les Verts. C’est la même recette que Moudenc combattant les « pastèques » de la liste Archipel Citoyen conduits par Antoine Maurice à Toulouse aux municipales de l’an dernier. Mais assaisonnée à sa manière, avec le sourire.

« Le bras d’honneur, aucune femme n’est assez vulgaire pour l’utiliser à tour de bras », chantait jadis Renaud, ancien chanteur énervant qui embrasse désormais les flics. A part bien sûr Madame Delga.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s