Toulouse : une deuxième liste au centre, une troisième à gauche (et un sapin)

La campagne des municipales s’emballe dans la ville rose. A une semaine de Noël, les Toulousains ont découvert deux nouveaux prétendants au pied du grand sapin focalisant l’attention sur les nouvelles « ramblas jardin » des allées Jean Jaurès. Coup sur coup, un adjoint au maire qui se réclame du parti d’Emmanuel Macron et l’ancien maire socialiste qui a rejoint Benoît Hamon se sont lancés à quelques minutes d’intervalle dans la course au Capitole. Il souffle comme un vent de folie sur cette élection presque trop sage, qui avait vu le maire sortant, Jean-Luc Moudenc (LR), affronter trois adversaires convenus (l’extrême-droite et deux listes de gauche) la semaine dernière lors d’unpremier débat organisé par France Bleu Occitanie à l’occasion de l’inauguration, finalement reportée à cause des intempéries, des fameuses « ramblas » à la mode toulousaine.

sapin pompiers
Constitué par l’assemblage de 385 sapins cultivés dans le Morvan, l’abre de Noël géant focalise l’attention sur les nouvelles « ramblas jardin » des allées Jean Jaurès

L’irruption de Pierre Cohen dans le débat n’est pas une surprise, même si ses motivations paraissent déroutantes. Battu de 6000 voix en 2014, l’ancien maire socialiste qui jure ne pas vouloir prendre de revanche personnelle face à Jean-Luc Moudenc se faisait jusqu’à,présent le chantre de l’union de toutes les gauches, affirmant qu’il ne serait pas possible de regagner la mairie sans accord de tous les partis dès le premier tour. Le champion solitaire d’une liste « unitaire » a finalement décidé d’aggraver la confusion ambiante dans son camp en ajoutant une troisième liste entre l’union de la gauche à l’ancienne menée par le PS avec le PC et le PRG, et la « nouvelle gauche » des écologistes alliés à la France Insoumise dans une liste « citoyenne ».

Cohen Florida
Pierre Cohen (à droite) a présenté sa liste au Florida, face au Capitole, aux cotés d’Ahmed Dahrour (au centre), qui préparait une liste des quartiers

« Je suis le seul capable de réunir les deux dynamiques et faire gagner la gauche » réaffirme Pierre Cohen. Il se base sur un sondage payé par Génération-s, qui le crédite d’une meilleure notoriété que Nadia Pellefigue, la jeune conseillère régionale choisie par le PS, et Antoine Maurice, conseiller municipal EELV élu aux forceps à la tête de la liste Archipel Citoyen. Boudé par toutes les autres formations politiques, le représentant local du micro-parti de Benoît Hamon a choisi de livrer à 69 ans son dernier combat avec des candidats des quartiers périphériques qui voulaient constituer leur propre liste. En 2014, une liste « des quartiers » soutenue par le NPA avait obtenu 1,67% des voix. « Vous ne nous ferez pas l’affront de nous demander si on dépassera la barre des 5% », s’exclame Pierre Cohen.

Si Jean-Luc Moudenc ne peut que se féliciter de l’éparpillement de la gauche, le maire sortant réputé « Macron compatible » voit ses efforts de rassembler la droite et le centre contestés par le Modem. Le parti de François Bayrou a donné son feu vert à la création d’une liste concurrente. Elle sera menée par Franck Biasotto, adjoint au logement et maire des quartiers du grand Mirail. Nouveau venu en politique, cet agent immobilier de 50 ans a rejoint les rangs de La République en Marche (LREM) en 2016. Problème : le parti présidentiel soutient officiellement Moudenc, qui a intégré 8 de ses membres (dont 5 en position éligible) sur sa liste. Biasotto, qui avait créé un petit groupe d’élus macronistes au Capitole contre l’avis du maire, se présente donc en dissident, un peu à la manière de Cédric Villani à Paris.

Biasotto Lagleize
Franck Biasotto (au centre) conduira la liste soutenue par le Modem de Jean-Luc Lagleize (à droite) et Marthe Marty (à gauche) mais ne sera postulera pas à la présidence de la Métropole, réservé à un candidat « mystère »

« Moudenc n’est plus au centre, il s’est droitisé » regrette son ancien adjoint en pointant les 19 places réservées au parti du maire sortant « sans compter les LR déguisés ». Le véritable instigateur de cette liste concurrente est Jean-Luc Lagleize, qui a du abandonner son poste d’adjoint au maire de Toulouse depuis qu’il a été élu député du Modem. Le parti centriste, qui avait lancé des négociations avec LREM pour constituer une liste autonome, s’est fait doubler sur sa gauche par l’accord signé par Moudenc avec Jean-François Portarrieu, autre député macroniste et ancien directeur adjoint du cabinet de Pierre Cohen. « C’est un accord électoral, pas un accord politique », fulmine Biasotto.

Le maire sortant, qui a accéléré le tempo en présentant sa liste dès la semaine dernière, a prévenu qu’il ne passerait aucun accord entre les deux tours. Jean-Luc Moudenc garde un mauvais souvenir de l’élection municipale de 2008, quand il avait fusionné sa liste avec celle du Modem de Jean-Luc Lagleize pour finalement perdre le Capitole pour 1200 voix au bénéfice de Pierre Cohen. Les opposants centristes à Moudenc n’auront donc pas d’autre issue que de tenter de s’allier avec le PS, dans l’hypothèse où ils arriveront à passer la barre fatidique des 10%. « Notre objectif est d’être présent au 2ème tour » confirme Lagleize, qui refuse de se projeter au-delà. A gauche, la liste de Pierre Cohen a davantage vocation à s’allier avec Archipel, que l’ancien maire couvre d’éloges : « un dispositif collectif intéressant », juge l’ancien maire. On aura compris que c’est la tête de liste confiée à Antoine Maurice, son ancien adjoint écologiste, qui ne lui revient pas.

Au-delà des querelles personnelles, la soudaine irruption de ces deux nouvelles listes pose la question de la meilleure stratégie à adopter pour gagner Toulouse et le « paradoxe » politique d’une ville réputée de gauche et frondeuse, mais qui s’est donnée une longue lignée de maires centristes depuis les Baudis, père et fils. « Toulouse se gagne à gauche » martèle Pierre Cohen. « Toulouse se gagne au centre », corrige Jean-Luc Lagleize. En 2014, Jean-Luc Moudenc l’avait pourtant emporté sur une ligne très sarkozyste, promettant policiers et caméras de surveillance dans une ville marquée par les attentats attribués à Mohamed Merah. Le maire sortant fait désormais campagne pour planter davantage d’arbres et se veut aux petits soins des quartiers périphériques après avoir embelli le centre historique. Le thème de la « fracture sociale » cher à Jacques Chirac sera aussi déterminant que celui de l’écologie, que tous les candidats ont désormais inscrite à leur agenda, dans une métropole qui vit depuis un an au rythme des manifestations hebdomadaires des gilets jaunes. En priant pour que les plus radicaux ne brûlent pas le fameux sapin des ramblas.

Les abstentionnistes, vainqueurs du premier tour ?

Le « parti des pêcheurs à la ligne » progresse dans les campagnes et l’emporte dans les métropoles

Jour Debout

En dépit d’un « match à quatre » qui s’annonçait serré, les instituts de sondage ont pronostiqué dès 20h un deuxième tour Macron/Le Pen pour le 7 mai. Mais les premiers résultats définitifs de la soirée ont fugitivement dessiné d’autres duels possibles selon les départements. Comment vont réagir les électeurs lotois, qui auraient préféré un match Macron/Mélenchon ? Ou les Lozériens, qui auraient voulu opposer François Fillon à l’ancien ministre de l’économie de François Hollande ?

Dans les dix départements à dominante rurale de la région Occitanie qui avaient terminé le dépouillement des bulletins de vote avant minuit, seul le Tarn avait retenu la combinaison gagnante au niveau national (avec un ballotage légèrement favorable à la candidate du FN sur le leader d’En Marche). Partout ailleurs, toutes les autres combinaisons étaient possibles. Emmanuel Macron bascule en tête dans quatre départements (Aveyron, Gers, Lot, Hautes-Pyrénées), Marine Le Pen dans quatre autres (Aude, Pyrénées Orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne).

A la vérité, c’est un troisième larron qui rafle la mise en Occitanie : le parti des « pêcheurs à la ligne ». Les abstentionnistes pèsent entre 15% (Gers) et 21% (Pyrénées Orientales) des électeurs inscrits. Le phénomène enregistre une hausse moyenne de 2 à 3 points par-rapport au premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Les suffrages non-exprimés sont parfois plus nombreux que ceux qui se sont portés sur le candidat arrivé en deuxième position. Si les scores étaient exprimés par rapport aux électeurs inscrits, il faudrait qualifier le « parti des pêcheurs à la ligne » dans cinq départements sur dix (Aude, Ariège, Hautes-Pyrénées, Pyrénées Orientales, Tarn-et-Garonne). Les Ariégeois auraient qualifié le seul Jean-Luc Mélenchon, alors que les Audois, les Catalans et les habitants du Tarn-et-Garonne se seraient contentés du FN.

Les urbains ont été encore plus nombreux à bouder les urnes. Avec respectivement 26,52% des inscrits à Toulouse qu’aucun scrutateur n’a vu passer dans les bureaux de vote et 25,04% à Montpellier, les abstentionnistes apparaissent comme les grands vainqueurs de ce premier tour,. Ils sont loin devant les partisans de Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, les deux candidats préférés des citadins qui prennent encore le temps d’aller voter. Dans la « ville rose », où le candidat du PS chute à 10% des suffrages exprimés (7,48% des inscrits), l’abstention a fait un bond de cinq points en cinq ans. La seule satisfaction des derniers des Mohicans du PS de François Mitterrand aura été de rester devant le FN (6,77% des inscrits) à Toulouse… mais pas à Montpellier.

Macron, Le Point sans la rose

macron-futurapolis

On a beaucoup parlé de la « voiture autonome » à Futurapolis, le forum de l’innovation organisé depuis un quinquennat déjà à Toulouse par l’hebdomadaire Le Point. Un mini-bus électrique sans conducteur était même en démonstration durant ces deux journées, allant et venant sans relâche devant le Quai des Savoirs, le nouveau temple laïque de la culture scientifique et technique de la ville rose. Mais c’est un « OVNI » politique qui fut la véritable attraction de cette nouvelle édition. Alors que Le Point avait inauguré Futurapolis en invitant tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012 à la Halle aux Grains, un seul politique a eu la possibilité de disserter sur l’avenir et le progrès cette année. « Nous vivons une révolution aussi importante que lors de l’invention de l’imprimerie ou de la découverte de l’Amérique », assure Emmanuel Macron dans un amphi de l’ancienne faculté de médecine bourré à craquer.

Interdit de Futurapolis par Manuel Valls

L’ancien ministre de l’Economie n’est officiellement pas (encore ?) candidat, mais il a eu droit à une nuée de photographes et de caméras pour immortaliser son court trajet à bord de la navette EasyMile, ou lorsqu’il a testé l’un des nombreux casques de réalité virtuelle en démonstration dans le grand hall du Quai des Savoirs. Etienne Gernelle, qui a succédé à Franz-Olivier Giesbert à la tête du Point, se défend pourtant de tout favoritisme. « Nous l’avions invité l’an dernier en tant que ministre, mais le secrétariat général de Matignon s’était opposé à sa venue » explique le directeur du Point. Selon le journaliste, les juristes de Manuel Valls redoutaient en 2015 que la visite de Macron à Toulouse ne soit imputée aux comptes de campagne de Carole Delga, ancienne ministre alors en campagne pour la présidence de région. Désormais élue, la nouvelle patronne de l’Occitanie n’a pas souhaité renouveler le partenariat financier de la région avec Futurapolis. C’est donc le maire socialiste dissident de Montpellier qui l’a remplacé au pied-levé. Proche de Manuel Valls, Philippe Saurel ne cache pas qu’il n’est pas spécialement fan de Macron. Il n’hésite pas à répéter à qui veut l’entendre qu’à tout prendre, il préférerait encore apporter son suffrage à Mélenchon.

Pierre Cohen n’est pas davantage disposé à prendre le bus Macron « en marche ». Cela n’a pas empêché l’ancien maire (PS) de Toulouse, initiateur du Quai des Savoirs, d’assister au « show » de l’ex-ministre de Berçy. Au premier rang, à gauche, et en silence. Dans l’assistance, personne n’a eu le mauvais goût d’accuser Emmanuel Macron d’avoir « privatisé  » l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Futurapolis n’est pas franchement le lieu des petites disputes politiques. Le non-candidat a ainsi pu dérouler sans réelle opposition sa vision d’un « changement » qu’il présente comme inéluctable. « Si le débat, c’est la semaine de 35 ou 39 heures ou la retraite à 60 ou 62 ans, on est foutu », assène l’ancien banquier d’affaire. Il ne se réclame ni de la droite, ni de la gauche, mais entend incarner « le progrès » face aux « conservatismes ». Pile-poil la ligne éditoriale de l’hebdomadaire. Macron, c’est Le Point sans la rose !

Edgar Morin, malade non-imaginaire

La seule voix qui aurait pu apporter la contradiction à la très lisse rhétorique d’Emmanuel Macron a déclaré forfait à la dernière minute. Edgar Morin, 94 ans, était l’autre invité-vedette de Futurapolis. Le penseur, malade, a finalement renoncé à venir à Toulouse pour clore la première journée. Mais il a profité d’une interview confiée à la Tribune pour envoyer un coup de griffe à « la tyrannie du profit » incarnée à ses yeux par les économistes en général, et à l’ex-ministre en particulier. « Je peux vous dire que la maladie d’Edgar n’était pas diplomatique », assure Etienne Gernelle. Le directeur du Point confie au passage son souhait pour 2017 : inviter le nouveau président de la République, « quel qu’il soit », à Futurapolis.

Le Foll : un socialiste (ne) devrait (pas) dire ça

le-foll-au-ps-31

«  Je vous ai amené le temps breton ». Un gros orage vient de s’abattre sur Toulouse quand la haute stature de Stéphane Le Foll fait son apparition à la fédération du parti socialiste de la Haute-Garonne. Le ministre de l’Agriculture, qui a passé la journée avec la présidente de région Carole Delga, termine sa visite par une séquence de re-mobilisation militante. Un peu moins de 200 personnes ont fait le déplacement pour échanger avec le plus fidèle des « hollandais » du PS et du gouvernement. « Il ferait mieux de s’occuper de la détresse de nos agriculteurs plutôt que de venir, aux frais du contribuable, pour faire campagne pour le parti socialiste », a réagit aussi sec France Jamet, présidente des élus FN de la région Occitanie.

Stéphane Le Foll n’en a cure. L’extrême-droite, c’est son épouvantail préféré. Comme Carole Delga, autre soutien indéfectible au couple Hollande-Valls à qui elle doit tant, il compte bien jouer sur la crainte de voir le FN remporter le prochain scrutin pour l’emporter sur le fil. Sauf que l’Occitanie de Delga n’est ni la France de Hollande, ni même la Haute-Garonne de Vincini. Le jeune premier secrétaire n’ignore pas que sa fédération départementale, passée sous la barre des 4.000 adhérents, penche plus à gauche et préfère Martine Aubry ou Arnaud Montebourg au président de la République et son premier ministre. En clair, Le Foll ne débarquait pas en terrain conquis dans la ville rose.

Le Foll snobé par le journal de Baylet

A l’exception de Kader Arif, autre hollandais « historique » et ancien patron de la fédération, aucun ténor socialiste du département n’a fait le déplacement, rue Lejeune. Georges Méric, le patron du département qui s’est publiquement démarqué de Hollande, comme Pierre Cohen, qui vient d’ajouter la privatisation de l’aéroport à la liste déjà lourde (déchéance de la nationalité, loi El-Khomry) des « fautes politiques » de l’Elysée (et Matignon), sont restés à la maison. Même le quotidien régional a « snobé » Le Foll au PS. Après avoir vainement attendu pendant 30 minutes un rédacteur du quotidien de Jean-Michel Baylet, Sébastien Vincini a dû se résoudre à lancer une conférence pour… un seul journaliste. Heureusement que la télévision régionale, plus attentionnée, avait dépêché une caméra et un car-régie pour une interview en direct au JT du soir !

« On a besoin de s’expliquer, on a trop tendance à penser que les débats sont entre-nous », plaide Stéphane Le Foll, visiblement fatigué des critiques et des piques internes au PS. Pour autant, la réunion avec les militants restera fermée à la presse. Avant de « laver le linge-sale en famille », l’ex-porte-flingue de François Hollande a défendu vaillamment la loi Travail et tenté de refaire l’unité en dénonçant les attaques contre les locaux du parti ou des permanences parlementaires. Il en appelle à « la gauche qui assume les responsabilités », mais refuse de dire s’il soutiendra Manuel Valls en cas de défection de François Hollande. « Je suis loyal, le président dira en décembre s’il sera candidat, je ne veux pas ajouter à la cacophonie ».

« DSK avait des problèmes avec sa queue, Hollande a des problèmes avec sa langue »

A guichets fermés, Stéphane le Foll a bien entendu été questionné par les militants sur les effets ravageurs du dernier livre d’entretien de François Hollande avec des journalistes. « DSK avait des problèmes avec sa queue, Hollande a des problèmes avec sa langue », résume crûment un participant. L’ancien bras droit de l’actuel président lorsqu’ils étaient rue de Solférino résume en substance le bréviaire du parfait militant à l’usage de tous les élus qui critiquent le président : un socialiste ne devrait pas dire ça.

A l’abri de la pluie, des piles du nouveau tract du PS attendent d’être distribués par les militants. En quatre pages présentées sous la couverture d’un hebdo à sensations, ces « révélations sur le quinquennat Hollande » s’efforcent d’argumenter le vrai du faux en distinguant la droite et la gauche, synonyme de « progrès ». Voila ce qu’il faut dire !

Pierre Cohen attend Christiane Taubira

 

cohen-2-2

L’ancien maire (PS) de Toulouse a passé une mauvaise journée, vendredi au Capitole. « Je vis la double peine de la fin d’un cycle », confesse Pierre Cohen. Il redoute de voir le parti socialiste se déliter après la perte de l’Elysée, comme après sa défaite à la mairie de Toulouse en 2015. Alors que son successeur ne l’a guère épargné durant la nouvelle séance-marathon (9h30, 0h10) des débats municipaux, lui repense au congrès d’Epinay et à François Mitterrand, « quel que soit le jugement qu’on pouvait avoir sur l’homme ».

un homme seul ?

Jean-Luc Moudenc (LR) ne s’est pas privé de s’appuyer sur le vote unanime des élus de l’agglomération réunis durant la semaine adoptant la nouvelle grille tarifaire des transports en commun pour mieux souligner l’isolement politique de Pierre Cohen. Alors que son rival déclaré, Claude Raynal, sénateur et président du groupe PS de Toulouse-Métropole, se félicitait d’avoir « fait reculer la droite » en obtenant le maintien du tarif jeune à 10 euros/mois instauré par Pierre Cohen, l’ancien maire de Toulouse fait la moue. « Les élus socialistes et ceux du Muretain ont cédé au chantage de Moudenc », juge-t-il. « Vous êtes dans la posture politique » lui répond François Chollet, alors que Jean-Luc Moudenc félicite les « amis  » politiques de Pierre Cohen qui ont fait « le pas qu’il fallait » à l’issue d’un « dialogue » constructif.

Le maire de Toulouse enfonce le clou en brandissant les propos sévères d’un ancien adjoint de Pierre Cohen qui juge « désastreux » le bilan transport de l’ancien maire socialiste. « Tout le monde sait que Pierre Cohen ne sera pas la future tête de liste de la gauche toulousaine mais personne ne lui dit », fait mine de s’indigner Nicolas Tissot, l’un des frondeurs du PS local, dans une lettre ouverte au vitriol. « J’ai dit à Moudenc qu’il faut arrêter ce petit jeu. S’il veux jouer à ça, je pourrais moi aussi sortir des déclarations de certains de ses anciens adjoints qui ont rejoint le FN », bougonne Pierre Cohen.

 » les gouvernements Hollande ont fait une faute politique  » Pierre Cohen

Son chemin de croix ne s’arrête pas là. Après les tickets de métro, Jean-Luc Moudenc ne s’est pas fait prié pour rappeler à Pierre Cohen qui lui reprochait d’avoir « négocié » avec les nouveaux actionnaires chinois pour ponctionner « le bas de laine » de l’aéroport que c’est Arnaud Montebourg qui avait lancé cette vraie-fausse privatisation. L’ancien maire PS de Toulouse rétorque en lançant une nouvelle pique… au président de la République. « Avec ou sans Macron, les gouvernements de François Hollande ont fait une faute politique », déclare Pierre Cohen au micro du conseil municipal.

Ce n’est pas la première fois que l’ex-maire de Toulouse, soutien de Martine Aubry, s’en prend à ce qu’il considère comme une dérive « social-libérale » de l’ex-secrétaire général du PS. Ecarté sans ménagement de la présidence de la fédération des élus socialistes et républicains, l’élu toulousain travaille désormais à l’organisation des primaires dans son camp. « On risque d’avoir Valls, Mélenchon et Rivasi, qui est une amie, opposés au premier tour », se désole l’ancien maire de Toulouse, qui attribue sa défaite à la désunion de la gauche. A ses yeux, trois femmes peuvent aujourd’hui remplacer le trio Mitterrand-Deferre-Chevènement qui avait refondé le parti socialiste en 1971 : Martine Aubry, Anne Hidalgo et Christiane Taubira. Sachant que les maires de Lille et Paris ne semblent pas disposées, pour des raisons différentes, à se (re)lancer dans la bataille des primaires, les derniers espoirs de l’ancien maire de Toulouse semblent reposer sur l’ex-ministre de la Justice. Déjà candidate du PRG en 2002, la volcanique Guyanaise a été invitée au carrefour des gauches et de l’écologie prévue le 26 novembre à Paris par les ami(e)s de Martine Aubry. « Elle n’a pas répondu à ce jour », confie Pierre Cohen.

Le chant du cygne des partisans

« Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? » Alors que tous les partis se mettent en formation pour l’élection présidentielle, mère de toutes les batailles politiques de ce pays, un institut de sondages a joué les oiseaux de mauvaises augures cet été. Les primaires s’annoncent acharnées, au PS comme chez Les Républicains et même parmi les derniers écologistes d’EELV. Cette étude d’opinions publiée en pleine canicule aoûtienne est venue jeter un froid chez les militants les plus enflammés. Selon les chiffres compilés par l’institut Elabe, 31% des personnes interrogées pour différents sondages se déclaraient « sans préférence partisane » au deuxième trimestre. Soit davantage que celles qui se disaient proches du parti de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé (16%) ou de François Hollande et Arnaud Montebourg (14%). En clair, le premier parti de France est celui des « sans partis ».

pascal-gros-deception

Il ne faut pas confondre ces orphelins politiques avec les abstentionnistes. Certes, le « parti des pêcheurs à la ligne » progresse inexorablement, de scrutins en scrutins. Le principe même d’une campagne électorale consiste à partir « à la pêche » aux électeurs indécis qui feront la différence dans les urnes, au-delà des bataillons de militants mobilisés pour les convaincre. L’adoption du système des primaires par les principaux partis de gouvernement a définitivement entériné cette vision somme toute très bolchévique d’une « avant-garde » plus ou moins éclairée, ouvrant la possibilité à des « compagnons de route » plus nombreux de désigner le général qui conduira la bataille. La difficulté des partis à attirer des sympathisants, même provisoires, devient un supplice pour les instituts de sondage, habitués à classer ses panels selon un axe droite/gauche. Quand le citoyen fait la grève du vote, le sondé refuse d’être catalogué.

Béziers rive droite, Montpellier rive gauche

Sommé de voter avant l’heure par les instituts de sondage, les indécis ont toujours la capacité de se déclarer « sans opinion ». Mais les sondeurs, comme les partis, veulent savoir si ces refuzniks du marketing politique sont plutôt de droite, ou plutôt de gauche. Comment mesurer les défections si les silencieux demeurent obstinément muets ? Dans une première étude publiée en mai 2016 sur les chiffres du premier trimestre, l’institut Elabe diagnostiquait « un état de décomposition avancée » des deux principaux partis, de droite et de gauche. L’analyste de l’institut rappelle que le PS et l’UMP totalisaient 54% des préférences partisanes avant l’élection présidentielle de 2008, selon une étude du CEVIPOF. Ces chiffres n’étonnent pas le maire (DVG) de Montpellier. « Les partis politiques connaissent une crise de confiance inégalée », assène Philippe Saurel, qui a quitté avec fracas le PS. Il a rêvé, en vain, d’importer dans la région un mouvement du type Podemos.

Le grand gagnant de cette défiance généralisée envers les partis politiques traditionnels semble être le FN. En mai 2016, 15% des personnes interrogées se déclaraient « proches » du parti de Marine Le Pen. Le FN dépassait même LR et le PS chez les jeunes de 25 à 34 ans (19%) ou chez les ouvriers (29%). Pour autant, le parti frontiste subit lui aussi une érosion de ses sympathisants déclarés au deuxième trimestre (-1,4%), selon Elabe. Au plan local, aucune étude ne permet de savoir si un Louis Aliot « pur sucre » à Perpignan pâtit davantage de la situation qu’un Robert Ménard, semant le trouble en invitant « la droite hors les murs » au mois de mai dernier. Le « Podemos de droite » annoncé par le maire (RBM) de Béziers a fait flop. Une « erreur politique majeure et historique » a sévèrement jugé Marion Maréchal Le Pen, en claquant la porte de l’improbable « Front de droite » que l’ex-journaliste trotskyste, ancien fondateur de Reporters sans Frontières, voulait créer à la droite de la droite, à la manière de Jean-Luc Mélenchon à gauche.

La défiance envers les partis politiques nourrira à n’en point douter d’autres initiatives de ce type, sur la rive droite de l’Orb, la rive gauche du Lez ; et bien au-delà de l’Hérault.

Oui au Pays catalan, ou non à l’Occitanie ?

une-indep-catalan

Les Catalans défilent contre Madrid au sud, contre Toulouse au nord

L’Occitanie a réveillé les vieux démons autonomistes catalans à Perpignan. Près de 10.000 personnes ont manifesté samedi dans la préfecture des Pyrénées-Orientales pour réclamer la reconnaissance du « pays catalan ». Les manifestants dénoncent « une annexion » depuis le vote du nouveau nom de la région, issue de la fusion du Languedoc-Roussillon avec Midi-Pyrénées. Le ressentiment contre Carole Delga, présidente (PS) du nouveau conseil régional, semble encore plus puissant que contre le projet avorté de « Septimanie » de Georges Frêche en 2005. A l’époque, 5.000 personnes étaient descendues dans la rue, contraignant le turbulent maire socialiste de Montpellier, qui venait de s’emparer de la région, à jeter son éponge latiniste face à la bronca populaire.

Ce nouvel abcès de fièvre catalane est pourtant sans aucune commune mesure avec la situation de l’autre coté de la frontière. A Barcelone, même la bourgeoisie commerçante, traditionnellement centriste et catholique, est entrée en guerre ouverte contre Madrid depuis la crise économique et financière de 2008. Les autonomistes catalans du sud, jusqu’alors satisfaits des pouvoirs concédés à leur puissante région, réclament désormais l’indépendance. Des centaines de milliers de personnes sont une nouvelle fois attendues dans les rues des principales villes de la région en ce dimanche de « Diada », la « fête nationale » catalane.

La manifestation de samedi à Perpignan était davantage dirigée contre Toulouse que contre Paris ou pour Barcelone. Les catalanistes les plus enragés se demandent pourquoi Manuel Valls, né à Barcelone et qui parle la même langue qu’eux, n’a pas déjà censuré la présidente socialiste d’Occitanie. Ils annoncent vouloir déposer un recours devant le Conseil d’Etat si les magistrats de la plus haute juridiction française valident officiellement le nouveau nom de la région. On voit mal, toutefois, des conseillers d’Etat déjuger leurs collègues, dans l’hypothèse ou le nom « Occitanie » serait validé. La décision des juges est attendue le 1er octobre, au plus tard.

le ciment du nom

L’agitation catalane apparaît, coté français, comme un jeu de poker-menteur. De droite comme de gauche, les plus jacobins des élus sont descendus dans la rue en se découvrant subitement « catalans ». Même le représentant de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, appelait à manifester contre Carole Delga et l’hégémonie supposée des « Occitans ». Quelques militants occitanistes, pourtant alliés avec le PS lors de la campagne des élections régionales, étaient également dans le cortège, par solidarité avec leurs cousins « régionalistes ». Le « non » au nouveau nom de la région sert de ciment à une opposition profondément divisée.

Indépendantistes, autonomistes, départementalistes ou régionalistes : on trouve de tout dans les nouvelles galeries catalanes ! La présidente (PS) des Pyrénées-Orientales figurait ainsi dans les rangs des opposants à son homologue socialiste de la région, au même titre que le maire (LR) de Perpignan. Les deux élus, qui se disputent le leadership de la contestation, ont cependant défilé séparément. Emeline Malherbe, qui a succédé à Christian Bourquin à la tête du conseil général quand ce dernier a remplacé Georges Frêche à Montpellier, redoute avant tout la disparition du département. Président de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée, Jean-Marc Pujol imagine au contraire de réunir la plupart des 226 communes du département dans l’orbite de son agglomération.

Les divisons entre élus locaux sont tellement nombreuses que le scénario d’un regroupement de toutes les communes au sein d’un « pays catalan », inspiré de l’exemple en cours au Pays Basque français, apparaît inaccessible. Brice Lafontaine, adjoint du maire de Perpignan aux affaires catalanes, préfère prendre exemple sur la Corse. A la tête d’une petite formation autonomiste (Unitat catalana) à l’origine de la manifestation de samedi, le jeune homme réclame la création d’une nouvelle région pour les Catalans. Des musiciens locaux également fait un tabac cet été en réclamant un « Occexit » sur YouTube. Seul le FN a brillé par son absence. Louis Aliot, qui brigue la mairie de Perpignan après avoir échoué à s’emparer de la région, s’est abstenu de tout commentaire dans la surenchère identitaire que se livrent le PS et la droite locale.